Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Artisanat rural, artisanat urbain : une France aux multiples facettes

le - - Entreprise - Vie des entreprises

Artisanat rural, artisanat urbain : une France aux multiples facettes
© DR

La nouvelle édition du baromètre ISM-MAAF de l'artisanat compare la dynamique des entreprises artisanales entre les différents territoires : grandes agglomérations, communes périphériques des villes-centres, villes moyennes, communes rurales et quartiers prioritaires.

Principalement constitué d'activités de proximité et de services à la population, le tissu artisanal est localisé sans surprise en correspondance étroite avec la répartition de la population, assurant ainsi la desserte de tous les territoires. On constate une disparité entre les échelons territoriaux. En moyenne et au niveau national, 37 % des entreprises sont localisées dans les unités urbaines de moins de
10 000 habitants, dont 23 % dans les communes rurales, 25 % dans les petites et moyennes agglomérations (unités urbaines de 10 000 à 200 000 habitants), 38 % dans les grandes agglomérations (unités urbaines de plus de 200 000 habitants), dont 15 % dans l'unité urbaine de Paris.

La ruralité imprègne de façon différente le tissu artisanal

Les régions où ce poids est le plus important sont la Bourgogne-Franche-Comté (48 % des entreprises artisanales y sont localisées en commune rurale), la Normandie (40 %), le Centre-Val de Loire (39 %) et la Nouvelle-Aquitaine (38 %). Le volume du tissu artisanal est en revanche moins important dans les départements d'outre-mer, en Île-de-France (4 %) ou dans la région Sud Provence-Alpes-Côte d'Azur (7 %). Répartition des entreprises artisanales en région en fonction du type de communes et part d'entreprises localisées en communes rurales « Le tissu artisanal est présent dans tous les territoires, qu'ils soient ruraux ou urbains. Implanté en correspondance quasi parfaite avec la répartition de la population, l'artisanat continue de soutenir l'activité en France et crée des emplois en particulier dans les aires urbaines et périurbaines. L'artisanat mérite plus que jamais le qualificatif de "proximité" -au plan géographique comme au plan des relations avec la population -et concourt directement à un développement économique harmonieux à l'échelle locale », souligne Bruno Lacoste, directeur marketing et communication de la MAAF.

Les grandes agglomérations, moteur de création

Le nombre d'entreprises augmente dans tous les territoires. Il progresse de 22 % dans les communes rurales : un taux proche de celui des villes moyennes (+24 %). La dynamique est cependant plus forte dans les communes périphériques des villes-centres (+31 %), notamment dans les grandes agglomérations de plus de 200 000 habitants et dans l'unité urbaine de Paris
(+36 %).

« L'artisanat accompagne la dynamique de tous les types de territoires mais il y a des disparités. Si de nombreuses entreprises se créent dans les territoires ruraux, elles ont du mal à se développer et à créer de l'emploi salarié. à l'inverse, les communes périphériques des villes-centres, plus particulièrement dans l'aire urbaine de Paris, cochent toutes les cases : hausse du nombre d'entreprises et création d'emplois salariés », précise Catherine Elie, directrice des Études et du développement économique de l'ISM.

Les territoires ruraux en souffrance

Alors que le tissu d'entreprises s'accroît dans les communes rurales, l'emploi salarié a été plus fragilisé durant les années de crise dans ces territoires. Ainsi, si l'ensemble des aires urbaines ont été impactées, les communes rurales ont été les plus touchées par la baisse de l'emploi salarié avec un recul de 5 points (contre
-3 % en moyenne). Seule l'unité urbaine de Paris a globalement créé des emplois (+1 %). Au niveau des secteurs d'activité, la situation fluctue fortement. L'artisanat du BTP et l'artisanat de fabrication ont été les plus affectés par la crise. Un secteur a cependant mieux résisté : l'artisanat de l'alimentation, dont l'emploi salarié a progressé dans tous les types de territoires
(+4 %) à l'exception des communes rurales (-1%).

À chaque unité urbaine ses spécialisations

Certaines activités sont fortement rurales, comme le travail du bois (44 % des entreprises sont localisées en communes rurales). Un tiers des entreprises d'ameublement ou d'extraction de pierres, de fabrication de pièces en verre et céramique sont également rurales. D'autres activités sont surreprésentées dans les villes-centres, comme les entreprises de textile-cuir-habillement (40 % d'entre elles y sont localisées), celles de bijouterie, d'imprimerie, de coiffure, d'esthétique (39 %) ou de boulangerie-pâtisserie (35 %). Les communes périphériques des villes-centres concentrent quant à elles la majorité des entreprises de transport (taxis/VTC, déménagement), et d'entreprises du BTP (construction de bâtiments, travaux d'installation), ainsi que 39 % des Répartition des entreprises artisanales par types de communes entreprises artisanales du travail des métaux.

Quartiers : tissu artisanal dense où le secteur du BTP est surreprésenté

L'artisanat est bien présent dans les Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville avec près de 90 000 établissements. Le poids du tissu artisanal dans l'économie locale est très important dans ces quartiers (43 % des établissements). Le département de la Seine-Saint-Denis compte le plus grand nombre d'établissements implantés, soit 14 300, devant les Bouches-du-Rhône (6 900) et le Nord (5 500). Dans ces quartiers, les entreprises artisanales sont plus souvent unipersonnelles
(65 %). Certains secteurs sont surreprésentés, en particulier le BTP (entreprises de maçonnerie générale et de travaux de finition).

Les 222 Villes du programme “Action Cœur de Ville”

Afin de favoriser la cohésion des territoires les politiques publiques accompagnent, à travers le programme “Action Cœur de Ville”, 222 petites et moyennes communes engagées dans une démarche de renforcement de l'activité économique de leur territoire. L'artisanat commercial (boulangeries, boucheries, poissonneries, coiffeurs, fleuristes, pressing, etc.) joue un rôle important dans le tissu local des emplois et dans l'animation commerciale de ces villes. Le premier constat est que toutes les villes ne sont pas égalitaires concernant la densité de cet artisanat de boutiques : les villes les moins équipées sont celles de la couronne parisienne (Gonesse, Evry...) avec moins de 15 entreprises pour 10 000 habitants, alors que le taux maximal atteint 55 dans la ville du Puy-en-Velay.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer