AccueilActualitéArnaud Lizop tient la barre du Nakamal

Arnaud Lizop tient la barre du Nakamal

Arnaud Lizop, ancien membre du Conseil national des barreaux, tiendra la barre du Nakamal, un Swan de 1971 qui participera à la course en tour du monde de l’Ocean Globe Race en 2023.
Arnaud Lizop tient la barre du Nakamal
© DR

Actualité Publié le ,

L’Ocean Globe Race représente l’avenir des courses au large du monde rendu accessible et captive l’imagination des marins et aventuriers du monde entier. Pour Arnaud Lizop, cette course était une évidence.

En 2018, le Golden Globe Race avait rencontré un grand succès. C’est pourquoi, en 2023, se déroulera l’Ocean Globe Race afin de célébrer le cinquantième anniversaire de la Whitbread de 1973, déjà pratiqué par l’avocat à l’époque. Ce sera la plus grande course au monde. Pour le moment, 25 participants de 17 nationalités différentes sont déjà inscrits, 34 y sont attendus.

Voile et armateur indissociable

L’histoire de Nakamal est indissociable de celle de son armateur Arnaud Lizop. Après avoir appris la voile auprès de Marc Linski, à Marseille, il double le cap Horn en 1973, à bord de Pen Duick III, quelques semaines avant le passage de la première course autour du monde en équipage : la Whitbread qu’il rejoint à Rio. Il est alors âgé de 20 ans.

Lorsque Arnaud Lizop apprend qu’une course est organisée pour célébrer le 50ème anniversaire de la Whitbread originale de 1973 et que deux Swan 55 sont déjà inscrits, il décide de se lancer dans l’aventure. Nakamal, le Swan 55, représente pour l’armateur la forme la plus accomplie de l’architecture navale classique de haute mer.

Parcours en condition d’époque

Le parcours durera huit mois et se déroule en quatre étapes en passant par les trois caps : Bonne espérance, Leeuwin et Horn, sur des voiliers de la haute mer dessinés avant 1988. L’équipage sera, durant la course, sans technologie, sans ordinateur et sans satellite. Seul le travail d’équipe, la détermination, les cartes et les sextants, permettant de mesurer la distance entre deux points, seront autorisés, dans l’esprit de la course originelle, 50 ans en arrière. Une époque où les marins organisaient leur propre campagne, où la technologie était moindre et les budgets étaient mineurs. L’édition de 2023 sera l’occasion de se remémorer l’âge d’or de la course au large.

L’équipage qui se dessine pour la course est volontairement le reflet d’une diversité et compte des équipiers et équipières d’âges, d’origines et de sexe différents.

Le compte à rebours est lancé. Le 10 septembre 2023, le départ de cette course se fera d’un port européen pour près de 44 000 kilomètres en mer autour du globe.

© DR

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 20 mai 2022

Journal du20 mai 2022

Journal du 13 mai 2022

Journal du13 mai 2022

Journal du 06 mai 2022

Journal du06 mai 2022

Journal du 30 avril 2022

Journal du30 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?