Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Après André, Naf Naf, Camaïeu et Alinéa, La Halle en redressement judiciaire

le - - Entreprise - Vie des entreprises

Après André, Naf Naf, Camaïeu et Alinéa, La Halle en redressement judiciaire
@ DR

Sale temps pour les grandes enseignes françaises trop fortement impactées par la crise sanitaire. La dernière en date, La Halle, a été placée en procédure de redressement judiciaire le 2 juin dernier, par le tribunal de commerce de Paris.

La crise économique due aux conséquences de la lutte contre la pandémie de Covid-19 semble être la goutte d'eau pour plusieurs enseignes des secteurs du prêt-à-porter, de la chaussure et de l'ameublement qui étaient déjà en difficulté.

Après avoir fermé leurs portes de nombreuses semaines pendant le confinement, ces dernières font face à de graves ennuis de trésoreries, insurmontables pour certaines.

Ainsi, le mois de mai aura signé l'entrée en redressement judiciaire de l'entreprise Camaïeu, sidérant ses 3 384 salariés français, dont 600 travaillant au siège social à Roubaix. Même son de cloche pour les 1 170 salariés de Naf Naf et les 2 000 employés d'Alinéa.

Les 600 employés du célèbre chausseur André avaient été les premiers touchés par un redressement judiciaire demandé au tribunal de commerce de Grenoble dès l'entrée en confinement, et annoncé publiquement début avril.

Ce mardi 2 juin, c'est le tribunal de commerce de Paris qui donne son accord à la conversion de la procédure de sauvegarde de l'enseigne La Halle, filiale du groupe Vivarte, en procédure de redressement judiciaire.

Malgré la garantie annoncée par le Gouvernement, aucune banque n'a accepté d'accorder de PGE (Prêt Garanti par l'État) à La Halle, poussant ses 3 000 salariés à solliciter l'aide de Bruno Le Maire, ministre de l'Economie et des Finances, et de Muriel Pénicaud, ministre du Travail, afin qu'ils puissent bénéficier d'un PSE (Plan de Sauvegarde de l'Emploi). Le but étant de favoriser l'élaboration du meilleur plan de reprise possible, la date de clôture de dépôt des offres étant le 29 juin.

Espérons que les repreneurs se bousculeront pour présenter aux juges consulaires des plans de reprise sauvegardant les milliers d'emplois de ces entreprises françaises.




Anne MOREAUX
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide