AccueilActualitéAnne Hidalgo et Sadiq Khan ou l'entente parfaite des maires

Anne Hidalgo et Sadiq Khan ou l'entente parfaite des maires

Pour son premier déplacement à l'étranger, Sadiq Khan, nouveau maire de Londres, a choisi la capitale française. En cette journée dédiée à la libération de Paris, la visite a marqué l'entente des deux villes alliées et réaffirmé une volonté de coopération.
Anne Hidalgo et Sadiq Khan ou l'entente parfaite des maires
© A.P. - Sadiq Khan et Anne Hidalgo affiche leur belle harmonie.

Actualité Publié le ,

Lors de cette première visite internationale, Sadiq Khan, a fait le choix d'aborder avec la maire de Paris des thèmes économiques (entrepreneuriat, start-up, emploi des jeunes), sociétaux (cohésion sociale, tolérance, intégration), mais aussi environnementaux (pollution, transports, logements).

« La relation entre Paris et Londres est une relation forte faite de rivalités et de compétitions. C'est surtout l'histoire d'un partenariat gagnant-gagnant », estime Anne Hidalgo. Dans le même esprit, le maire de Londres a souligné les «différences entre les deux capitales mais aussi les nombreux points communs ».

La compétition entre les villes peut être un risque de division, mais il n'en est rien. Les deux maires assurent leur respect et un travail en commun de tous les instants. S'il y a compétition, elle est « saine » et uniquement basée sur un échange d'idées et une inspiration bénéfique des engagements pris d'un côté comme de l'autre de la Manche.

« Les idées des uns donnent des idées aux autres dans cette nouvelle économie faite de start-up. Celle-ci a besoin de partenariats et nos deux villes ne sont pas opposées sur cette question. Notre but est de faciliter la vie des entreprises, qu'elles puissent aller de Londres à Paris sans difficultés », martèle la maire de Paris.

Cette dernière compte bien « travailler sur la relation économique de ces deux villes qui possèdent des écosystèmes puissants, performants, attractifs », notamment au niveau du développement de la nouvelle économie rappelant ainsi la vague entrepreneuriale qui gagne la société.

« Si Paris va bien, la France va bien, si Londres va bien, le Royaume-Uni va bien. » Sadiq Khan

Au milieu du chantier de la halle Freyssinet, rebaptisée Station F, plus grand incubateur en devenir au monde, la maire de Paris a mis en avant l'importance d'accompagner les jeunes pousses de cette nouvelle économie. « Un secteur important, ajoute-t-elle, qui va permettre de faciliter la création d'emplois et d'activités pour toute une jeunesse parisienne comme londonienne résolument cosmopolite, qui aspire à comprendre le monde et qui n'est pas repliée sur elle-même. »

Pour Sadiq Khan, Station F revêt une grande importance dans le domaine de l'emploi pour Paris comme pour Londres. La place de ces deux grandes villes est primordiale pour leur pays respectif « si Paris va bien, la France va bien, si Londres va bien, le Royaume-Uni va bien ».

Après la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, les questions économiques se posent. Qu'en est-il de la place financière londonienne et de celle de Paris avec le Brexit ?

La question sera plus ou moins survolée, Anne Hidalgo renvoyant cette dimension au travail entrepris par l'État, la Région, présidée par Valérie Pécresse, et Gérard Mestrallet, président de l'association Europlace, chargée de promouvoir et développer la place financière parisienne. Il s'agit bien là pour les deux maires d'aider les start-up dans leur quotidien par le biais de partenariats entre les deux capitales.
Anne Hidalgo n'a toutefois pas manqué de saluer la position ferme prise par Sadiq Khan contre le Brexit. Celui-ci s'est dit fier des Londoniens et de leur soutien.

Diaporama

​Les deux édiles ont tenu conférence sur le site de Station F (anciennement halle Freyssinet) encore en chantier. L'entrepreneur Xavier Niel, principal investisseur du projet, et Roxanne Varza, directrice du campus des start-up, ont accueilli les maires pour une visite.

[albumphoto]5[/albumphoto]​

Lutte contre le réchauffement climatique

Mais le plus grand défi pour ces deux villes, à l'aube de ce XXIe siècle, est sans conteste la lutte contre la pollution et la qualité de l'air que l'on respire. À Londres, dix mille personnes décèdent chaque année de maladies liées à la pollution. Face à ce fléau, les deux maires comptent bien s'allier davantage sur ces questions à travers, notamment, l'organisation Cities 40. Respectivement présidente et vice-président de ce conglomérat de 83 villes-monde qui vise à lutter contre le réchauffement climatique, Anne Hidalgo et Sadiq Khan souhaitent parler d'une même voix et travailler leur complémentarité dans le domaine.

« Le XIXe siècle était celui des empires, le XXe, celui des États-nations et le XXIe celui des villes. Le rôle des maires est crucial. » Sadiq Khan

Pour les deux édiles, les solutions se trouvent désormais à l'échelle des villes qui démontrent une meilleure entente que les États-nations. Pour Sadiq Khan « le XIXe siècle était celui des empires, le XXe, celui des États-nations et le XXIe celui des villes. Le rôle des maires est crucial ». C'est pourquoi le C40 apporte aujourd'hui certaines solutions en matière environnementale au sein des grandes villes du monde qui deviennent alors des exemples et s'influencent de manière positive les unes les autres.

De son côté, Anne Hidalgo emprunte le même chemin que son homologue britannique. « Aujourd'hui, les villes sont des acteurs et les maires portent des visions, nous ne sommes pas seulement des acteurs de terrain supplétifs. Ce qui manque encore, c'est, à l'échelle de nos États-nations, la prise en compte du rôle des villes qui sont souvent perçues comme des rivales ou des oppositions aux pouvoirs centraux. Ce qu'il faudrait dans nos pays, c'est vraiment une alliance des villes-capitales avec les Nations mais aussi au niveau européen et international. Je souhaite que l'on reconnaisse le rôle des villes comme visionnaire et acteur. Je pense que le monde se porterait mieux si l'on nous écoutait un peu parce que notre pragmatisme conjugué à notre vision peut être porteur de solutions. »

Le vivre ensemble avant tout

Ces maires aux origines étrangères assumées, pakistanaises pour Sadiq Khan et espagnoles pour Anne Hidalgo, n'ont pas manqué d'aborder le thème du vivre ensemble qui leur est cher.
« Nous sommes aussi l'expression de ce qui se passe dans ces grandes villes globales. Nos grandes villes sont progressistes et ne veulent stigmatiser personne », souligne la maire de Paris.
Leurs discours s'accordent sur l'importance du rôle mondial de ces « villes actrices » qui cassent les barrières et portent « une vision incluante et progressiste » de la société.
Sadiq Khan a mis en avant la riche diversité et la tolérance des deux capitales et rappelé avec humour que Londres est devenue la quatrième ville française (3 à 400 000 de nos concitoyens vivent outre-Manche).

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?