AccueilDroitAccord CNB/Barreau de Paris : « La démocratie confisquée »...

Accord CNB/Barreau de Paris : « La démocratie confisquée »...

L'accord CNB-Barreau de Paris fait vivement réagir Roland Rodriguez, président de la Fédération nationale des unions de jeunes avocats. Pour lui, « la démocratie est confisquée »…
Accord CNB/Barreau de Paris : « La démocratie confisquée »...
Me Roland Rodriguez

Droit Publié le ,

Me Roland Rodriguez déplore qu'en contrepartie de l’accord CNB/Barreau de Paris, monsieur Christian Charrière-Bournazel « ait cédé à la pression de madame Christiane Féral-Shuhl, en acceptant un accord instituant une commission Ad Hoc destinée à conduire les travaux de réforme de la gouvernance, ce qu'il n'avait ni le droit, ni la légitimité de faire ».
Selon lui, « En concluant un tel accord, Christian Charrière-Bournazel a violé délibérément deux résolutions de l'assemblée générale du CNB. Ainsi, l'assemblée générale avait donné mandat au bureau du CNB pour conduire la réforme de la gouvernance. Elle a même tacitement confirmé ce mandat lors de sa réunion du samedi 6 juillet. La mission confiée à cette commission Ad Hoc est en contradiction flagrante avec ladite résolution.

Par ailleurs, l'assemblée générale s'était vivement opposée à la création d'une commission extérieure au CNB pour conduire la réforme de la gouvernance. Le principe de la commission Ad Hoc annoncée ce 10 juillet, composée de personnalités certes respectables, mais dont deux seulement sont élus au CNB, est là encore en contradiction flagrante avec la résolution de l'institution nationale représentative.

La FNUJA avait salué en son temps la position de Christian Charrière-Bournazel qui avait indiqué à Christiane Féral-Shuhl que le CNB n'était pas "un organe destiné à ratifier les dictats de telle ou telle composante".

Force est de constater qu'aujourd'hui, Christian Charrière-Bournazel, ancien Bâtonnier de Paris, vient de céder aux dictats de Madame Christiane Féral-Shuhl, et ce alors qu'il n'avait aucun mandat pour le faire.

Nous appelons l'ensemble des personnalités citées comme faisant partie de cette commission à respecter les décisions de l'assemblée générale souveraine du CNB et à renoncer à participer à ce groupuscule illégitime et dénué de représentativité. La FNUJA envisage tous les recours et procédures possibles à l'égard de cette décision unilatérale et sans fondement juridique du Président du Conseil National des Barreaux.

Christian Charrière-Bournazel a très justement dénoncé à de multiples reprises le mépris dont il était fait preuve actuellement à l'égard des avocats. Aujourd'hui, c'est lui qui vient de faire preuve du plus grand mépris à l'égard de la représentation nationale de la profession d'avocat. Il conviendra qu'il en tire toutes les conséquences. Nous invitons l'ensemble des élus du Conseil National des Barreaux à poursuivre leurs travaux et notamment ceux concernant la réforme nécessaire de la gouvernance. La FNUJA appelle une nouvelle fois à l'Unité de la Profession au sein de la seule instance représentative nationale légitime et légale : le Conseil National des Barreaux. »

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?