Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

1 038 signataires de l'Appel de Paris pour la cybersécurité

le - - Droit - Actualité du droit

1 038 signataires de l'Appel de Paris pour la cybersécurité
© DR

À l'issue du premier Forum de Paris pour la Paix, il y a tout juste un an, le Président de la République a lancé l'Appel de Paris pour la confiance et la sécurité dans le cyberespace. Le 12 novembre dernier, à l'occasion de la seconde édition du Forum et du 1er anniversaire de l'Appel, le Gouvernement a annoncé que ce sont 1038 signataires qui supportent cette initiative à travers le monde.

Ce texte de mobilisation et d'actions en faveur de l'élaboration de principes communs aux fins de sécurisation du cyberespace rassemble des gouvernements, des entreprises de toutes tailles et nationalités, des collectivités locales, des ONG et des acteurs de la société civile. De nombreuses associations sont désormais signataires, à l'instar de l'Association française des juristes d'entreprise (AFJE) qui vient de sauter le pas.

Pour l'AFJE, les juristes, acteurs de la décision stratégique en entreprise en pointe sur les questions d'innovation et leurs conséquences juridiques, doivent logiquement s'emparer des problématiques liés à la transformation digitale des entreprises dont la cybersécurité constitue un enjeu majeur.

« Soutenir cet appel multiparties prenantes était une évidence pour l'AFJE tant les juristes d'entreprise doivent être des acteurs de premier plan quand est en jeu l'édiction des normes et des bonnes pratiques de nature à protéger les entreprises face à certaines menaces d'un type nouveau », précise Marc Mossé, son président.

Les soutiens de l'Appel de Paris s'engagent donc à travailler ensemble en vue :

1 d'accroître la prévention et la résilience face aux activités malicieuses en ligne ;

2 de protéger l'accessibilité et l'intégrité d'Internet ;

3 de coopérer afin de prévenir les interférences visant les élections ;

4 de travailler ensemble contre les violations de la propriété intellectuelle par voie cyber ;

5 de prévenir la prolifération des programmes et techniques cyber malicieux ;

6 d'accroître la sécurité des produits et services numériques ainsi que la "cyber-hygiène" de tous ;

7 de prendre des mesures contre le cyber-mercenariat et les actions offensives des acteurs non-étatiques ;

8 de travailler ensemble pour renforcer les normes internationales pertinentes.




Anne MOREAUX
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer