Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

« Nous avons à cœur de mettre en œuvre notre projet ambitieux pour la profession »

le - - Entreprise - Chiffre

« Nous avons à cœur de mettre en œuvre notre projet ambitieux pour la profession »
© DR

Denis Barbarossa, est le candidat de l'Ifec et de l'UCCL pour les élections à l'Ordre des experts-comptables Région Ile-de-France. A l'aune d'une actualité chargée, il salue « l'implication sans faille » de la profession et détaille l'ambitieux projet qu'il compte mettre en œuvre s'il est élu à la présidence du Conseil régional.

Affiches Parisiennes : Pouvez-vous nous présenter votre actualité

Denis Barbarossa : L'actualité est chargée pour la profession ! nous sommes sortis du premier confinement pour entrer dans une crise économique profonde et sommes au chevet de nos clients. Les textes se sont enchaînés ces derniers mois et il nous a fallu beaucoup de pédagogie, d'explication ; alors même que nous devions nous-même découvrir et intégrer ces textes changeants. A nouveau, nous allons devoir gérer les incertitudes : déclarations du Gouvernement et attente de nos clients.

Je salue l'implication sans faille des professionnels dans cette période. D'autant plus que les mutations se poursuivent pour la profession, après les importants chantiers que nous avons eu à mener pendant toutes ces années. Nous avons dû nous adapter : télédéclarations, DSN, PAS, communications tous azimuts. Aussi, ce que l'on peut percevoir au sein des cabinets, c'est un ras-le-bol, assez compréhensible, face à toutes ces nouveautés qui viennent s'adjoindre au réglementaire. Ces nouveautés sont malgré tout positives pour la profession ; elles positionnent l'Expert-comptable comme relais naturel du dirigeant. Il a fallu nous adapter pendant le confinement pour mettre en œuvre rapidement le télétravail. Toutefois, il faut avoir à l'esprit que les confrères et consœurs ont eu à gérer, outre les aspects entrepreneuriaux et la gestion managériale complexe durant cette période, un surcroît d'activité réglementaire de la part de la tutelle qui était également complexe à gérer.

Au cours de ces mois confinés, comme nous l'avions fait depuis de nombreuses années, nous avons accompagné les professionnels et déployé de nouveaux formats de formation. Plus courts, plus ciblés et surtout en ligne, poursuite naturelle de l'évolution des classes virtuelles qui permettent de rester “connecté” à la formation, sans pour autant se déplacer. Nous avons souhaité permettre à tous, partout, de suivre nos webinaires et autres formations, pour informer, accompagner les professionnels.

Dans le contexte du renouvellement des instances en région, je suis heureux de présenter une liste avec une belle équipe pour briguer la présidence du Conseil régional de l'Ordre des experts-comptables d'Île de France. Nous avons à cœur de mettre en œuvre notre projet ambitieux pour la profession et la volonté d'aller de l'avant au plus près de nos consœurs et confrères, de continuer, comme nous l'avons fait pendant le confinement au sein de l'Ifec, à accompagner les professionnels sur les mutations importantes à vivre encore.

A.-P. : En tant que candidat, quel programme avez-vous constitué et quelles sont les qualités que vous avez recherchées pour la constitution de la liste de candidats ?

D. B. : Une équipe dynamique s'est naturellement constituée, faite de femmes et d'hommes de tous horizons, respectueux de nos différences, qui sont aussi nos richesses. Ils viennent de petites, moyennes ou grandes structures, de toute l'Ile-de-France et ont tous le goût de l'investissement au service des autres, du partage. Le programme a été pensé collectivement. Depuis de nombreux mois, nous travaillons avec un grand nombre de consœurs et de confrères à écouter le terrain, à échanger, à débattre sur l'avenir de la profession pour accompagner au mieux les besoins exprimés. Durant le confinement nous avons beaucoup accompagné nos clients, fait beaucoup de webinaires, pour expliquer le télétravail, la mise en œuvre des outils auprès des professionnels souvent seuls. Nous allons à la rencontre, de nos consœurs et confrères qui sont parfois plus éloignés, dans des départements de la deuxième couronne. Notre leitmotiv est de les rapprocher de l'institution et de porter les réflexions, les idées de ceux que l'on entend et ne voit pas assez souvent. J'ai appris de mes années de présidence de l'Ifec et de notre institut de formation la capacité à gérer et à générer de l'échange grâce au virtuel. Au cours des derniers mois, nous avons largement déployé cette capacité à partager ensemble grâce aux outils technologiques plus encore que nos outils précédents de classe virtuelle.

Notre ambition est que chacun apporte sa compétence, ses valeurs et que l'on puisse avancer collectivement pour bâtir une institution au service de nos consœurs et confrères et non pas au service d'égo des uns et des autres. Notre ambition est de construire une cohérence entre les actions du Conseil régional et celles du Conseil supérieur de l'Ordre. En effet, je suis surpris que l'Ordre de Paris mette en place des projets similaires à ceux du Conseil supérieur, ne profitant pas ainsi des réflexions générées par l'ensemble des élus et de la profession nationale. Cette position systématique ne sert pas l'intérêt général et a pour corollaire pour les consœurs et les confrères d'Ile-de-France à payer deux fois dans la mesure où ces projets ont été financés par la profession et le sont encore par la profession francilienne. Nous devons garder à l'esprit l'intérêt général et la volonté d'avancer pour la profession. Nous serons cohérents pour le bénéfice de la profession francilienne.


Denis barbarossa et Christophe Priem

A.-P. : Quel est le contenu de votre programme ?

D. B. : Notre programme s'articule sur quatre axes majeurs. Le premier est d'accompagner les cabinets, notamment sur la mise en œuvre du numérique. Le numérique occupe une place essentielle dans nos vies : les Gafam – Google Amazon Facebook Apple Microsoft –, par exemple, ont bouleversé notre quotidien et bien des métiers. Aujourd'hui, le numérique est devenu incontournable pour nos cabinets. Désormais l'automatisation de la comptabilité permet à de nouveaux acteurs de pénétrer notre marché mais également d'optimiser notre production. La crise sanitaire est venue accélérer ce processus. Par nécessité, pour la poursuite de nos activités, les cabinets ont dû pour beaucoup se réorganiser et adopter de nouvelles méthodes de travail, digitales et collaboratives, à la hâte. Les efforts engagés doivent être poursuivis car le numérique est un formidable levier de performance pour nos cabinets et ne doit vraiment pas être perçu comme une contrainte mais plutôt comme une incroyable opportunité. Une opportunité de réduire le temps passé sur les tâches à faible valeur ajoutée, d'améliorer notre rentabilité, de développer ainsi de nouveaux services et d'être plus proches de nos clients en les accompagnant davantage au quotidien : ils l'attendent de nous. Le numérique doit être au service des usages, il est un moyen et non une finalité. Aussi, nous avons conscience du besoin d'accompagnement de nombre d'entre nous. Notre équipe en lice pour le Conseil régional de l'Ordre des experts-comptables Ile-de-France est composée de talents qui souhaitent partager leur expérience et accompagner la transition.

Le deuxième axe du programme s'attache à la formation, pour redevenir attractif et prendre à bras le corps les sujets de la spécialisation. Nous mettrons en place un outil innovant, notamment dans son approche de formation et dans la mise à disposition des moyens pour la profession. Il convient pour cela de prendre le virage des classes virtuelles et des webinaires (flexibilité, gain de temps et formation à la carte grâce au replay). Nous devons nous orienter davantage sur des formations plus adaptées à notre environnement, plus courtes ou qualifiantes. Au cours des mois de confinement, la tourmente des textes changeants, nous avons démontré avec l'équipe de l'institut de formation de l'Ifec (Ifor), notre capacité d'adaptation. Les formats d'animation ont été repensés, plus courts, plus accessibles suivant les contraintes des consœurs et confrères et non celles des animateurs, plus variés et en ligne avec l'actualité. Outre le déploiement de classes virtuelles pour permettre à tous de se connecter sans perdre de temps, nous avons mis en œuvre une plateforme d'e-learning (expertslab.tv) permettant replay et échanges asynchrones avec les formateurs.

De même, la formation initiale doit être repensée. Notre métier est formidable, ne connait de limite que sa difficulté à recruter de nouveaux talents qui semblent se désintéresser de notre profession. Aussi plusieurs actions ont été menées :

  • un partenariat avec Pôle Emploi pour recruter des personnes en recherche d'emploi et formées pendant 400 heures, évitant ainsi la coûteuse concurrence entre cabinets ;
  • la possibilité pour les branches (donc syndicats patronaux et de salariés…) ou entreprises de créer des CFA ; considérant que ce n'est donc pas le rôle de l'Ordre, nous avons engagé des travaux avec les principales écoles en Île-de-France plutôt que d'investir des centaines de milliers d'euros dans un seul centre nous coupant mécaniquement des autres… Nous sommes plus de 6 000 experts-comptables en Ile-de-France, employons près de 50 000 collaborateurs. Unissons nos forces plutôt que d'agir en Astérix.

Le troisième axe sera d'investir le champ de la RSE. La société est de plus en plus sensible aux enjeux sociétaux et environnementaux, c'est notre profession qui a tout à gagner à s'aligner avec l'évolution de notre société. Aujourd'hui, notre monde est en mouvement vers un monde encore inconnu où le dérèglement climatique a des conséquences sur nos modes de vie, notre économie et les interactions entre les Humains et la Nature. Notre place d'acteur majeur dans l'économie réelle, nous oblige à une responsabilité : celle d'accompagner nos clients à poursuivre une activité dans les limites supportées par notre planète. C'est une opportunité qui se présente à notre profession et c'est l'engagement de notre liste de vous accompagner avec éthique. Tout d'abord, nous pensons qu'il est important d'être sensibilisés à ce sujet pour être à même d'identifier chez nos clients les enjeux majeurs de leur activité qui ne s'inscrivent pas dans la durabilité des modèles économiques. Par secteur d'activité, nous donnerons accès aux clés de lecture pour appréhender ces enjeux. Enfin, nous vous accompagnerons à mettre en place des méthodes de travail pour réinventer notre métier.

Le quatrième axe sera d'affirmer notre rôle au cœur de l'économie de la région Ile-de-France. Il est absolument indispensable d'être au cœur des relations avec les forces politiques et économiques : avec la Banque de France, avec les préfectures, la Région, les départements.

Ensemble dynamisons nos relations avec les politiques et consolidons notre rôle central au cœur de l'économie et de l'aménagement du territoire. Il reste tant à faire :

  • Capitaliser sur notre image positive pour développer la reconnaissance du monde économique.« Faire savoir » nos domaines de compétences.
  • Créer un lien d'échanges durable et constructif entre la profession et les décideurs. StatExpert nous y aidera comme les données des notaires sont désormais attendues et mises en avant.
  • Apporter du contenu économique aux décideurs.
  • Relayer les messages des décideurs pour accompagner leurs actions.

A.- P. : Comment vos confrères en Ile-de-France vivent-ils la situation de crise sanitaire ?

D. B. : J'entends beaucoup d'incertitudes sur 2021 et la survie des clients, ce qui suppose mécaniquement des interrogations sur le niveau d'activité de nos cabinets et de leur rentabilité. Le deuxième sujet majeur pour beaucoup, est la productivité. Le télétravail est un formidable outil d'attractivité pour la profession, une solution pour continuer à œuvrer au service de nos clients. Mais cela suppose un autre mode de management et d'organisation. Nos consœurs et confrères ont besoin de nouveaux réflexes et de comprendre les attentes des collaborateurs. Ce changement a pesé sur le moral des équipes, des managers et a forcément impacté les cabinets depuis cette rentrée. Passons à un mode de management par la confiance.

A.- P. : Qu'est-ce que vous voulez dire à vos confrères ?

D. B. : J'ai une équipe, dont je suis très fier, jeune, dynamique, compétente, pleine de volonté et engagée pour la profession. Nous avons travaillé pour proposer un programme de terrain et concret pour nos consœurs et confrères. Nous sentons le besoin de renouveau, le besoin de changer le mode de fonctionnement de l'institution. Je compte donc sur toutes et tous pour soutenir notre programme et voter pour notre liste “Construisons ensemble une profession audacieuse” afin de donner une nouvelle ambition à la région Ile-de-France.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer