Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

« Nous aidons les entreprises à se développer en Lituanie »

le - - Actualité - Interview

« Nous aidons les entreprises à se développer en Lituanie »
@ DR

La directrice générale d'Enterprise Lithuania (enterpriselithuania.com), Daina Kleponé, nous présente la mission de son organisation relevant du ministère lituanien de l'Economie qui promeut l'entrepreneuriat et soutient le développement des affaires.

Affiches Parisiennes : Pouvez-vous nous présenter votre organisation s'il vous plait ?

Daina Kleponé : Je suis la directrice générale d'Enterprise Lithuania qui est l'agence gouvernementale créée par le ministère de l'Économie et de l'Innovation de Lituanie responsable de quatre domaines dont l'un est la promotion des exportations. Nous aidons les entreprises lituaniennes à se développer grâce à l'exportation, en allant sur les marchés étrangers.

Le deuxième domaine est la promotion de l'entrepreneuriat. Ainsi, nous encourageons les citoyens lituaniens à créer de nouvelles entreprises et aidons les nouvelles entreprises étrangères à s'installer chez nous.

Nous travaillons aussi au développement d'un écosystème de start-ups très dynamique en facilitant leur démarrage. Cela signifie que nous prenons soin de leur créer un environnement favorable à leur croissance, notamment grâce au Start-up Visa Programme qui est un programme ciblant les jeunes pousses des cinq premiers pays étrangers, non-membres de l'Union européenne, et essayons de les attirer en Lituanie.

Enfin, le quatrième domaine dans lequel nous sommes actifs est celui de la réglementation du secteur entrepreneurial. Par exemple, aujourd'hui j'ai échangé avec le ministre de la Santé pour lui suggérer trois changements majeurs dans nos zones de réglementation libre, notamment pour rebondir face à la crise du Covid. Nous voyons ainsi beaucoup d'opportunités pour les start-ups dans le domaine des sciences de la vie, notamment celles qui fournissent des technologies pour les services de soins de santé à distance comme, vous savez, la consultation au téléphone ou la surveillance des patients à distance. Je lui ai ainsi fourni des propositions pour des changements réglementaires visant à l'utilisation des données des patients en respectant la règlementation : comment faire, qui doit s'en charger et auprès de qui, ainsi de suite…

Pour résumer, notre agence se concentre donc essentiellement sur quatre domaines : le développement des exportations, la promotion de l'entrepreneuriat, la facilitation de l'écosystème des start-ups et l'assouplissement de la réglementation.

A.-P. : Que faites-vous concrètement en terme de développement des exportations ?

D. K. : Alors, pour la promotion de l'exportation, nous ne pouvons pas nous concentrer sur tous les secteurs car nos ressources sont limitées. Nous avons donc sélectionné six secteurs prioritaires de l'industrie lituanienne au plus grand potentiel : l'industrie alimentaire, l'industrie du meuble, l'ingénierie, les hautes technologies, les technologies de l'information (IT) et les sciences de la vie. Pour les sciences de la vie, par exemple, nous avons une équipe dédiée pour surveiller et comprendre ce domaine, avec de grands experts très attentifs.

A.-P. : Vous étiez récemment modératrice d'une table ronde lors du premier Business Forum France-Lituanie, un événement très important grâce à la venue du Président français à Vilnius. En êtes-vous satisfaite, qu'en attendez-vous concrètement ?

D. K. : C'était un forum d'affaires fantastique, un excellent événement ! Nous sommes très, très reconnaissants envers nos partenaires français, en particulier le Medef International, car c'était vraiment un défi de rassembler plus de 40 entreprises dans une période aussi extrême et dans un délai très limité. En réalité, nous ne nous attendions pas à parvenir à rassembler un si grand nombre de dirigeants, que ce soit du côté français comme lituanien. Ici, nous avons reçu l'information définitive seulement jeudi matin et n'avons eu que deux jours et demi pour inviter les dirigeants lituaniens. Et cela a vraiment fonctionné car déjà aujourd'hui, nous savons qu'au moins cinq contrats préliminaires ont été signés dans le domaine de l'ingénierie et de la transformation du bois.

C'était donc un très bon forum pour nos deux pays. Il semble qu'il y ait un grand intérêt des deux côtés et j'aime beaucoup un des commentaires qu'à fait un dirigeant français lors du forum disant « qu'au fond, vous savez, nous ne savions pas grand-chose sur vos actifs et vos atouts parce nos cultures sont assez différentes et que nous ne sommes pas très bien connectés. Généralement, ce n'est pas facile de communiquer et de se faire confiance lorsqu'on a des mentalités et des cultures différentes alors que la confiance est au cœur des affaires ».

Ce forum leur a permis d'échanger, ce qui est très important pour que les entreprises puissent établir des relations d'affaires. C'était l'occasion qu'elles se connectent, qu'elles puissent avoir l'opportunité de parler davantage, d'être ensemble, de dîner ensemble… J'espère que cela créera de la confiance et des résultats commerciaux concrets !

A.-P. : Pensez-vous que les entrepreneurs français sont très intéressés pour venir travailler en Lituanie après cette rencontre ?

D. K. : Tout à fait, puisque les entrepreneurs français ont fait le voyage malgré la crise sanitaire et la nécessité de faire des test Covid, ce qui montre leur volonté. Les vols ne sont pas tous très pratiques maintenant, et certains participants au forum ont fait le déplacement seulement pour une journée. Je pense que cela démontre vraiment un grand intérêt et un potentiel d'affaires élevé car, vous savez, les hommes d'affaires n'investissent généralement pas leur temps pour se rendre en Lituanie pour deux jours, même si le Président y va !

Je ne sais pas si on consacrerait autant d'efforts à traverser l'Europe, faire toutes ces démarches difficiles uniquement parce que le président Macron arrive. Je pense que la Lituanie a beaucoup de choses à offrir aux pays qui ont des grands marchés comme la France.

A.-P. : Qu'en est-il du côté des entrepreneurs lituaniens ?

D. K. : Je pense que c'est aussi le cas de notre côté car les dirigeants étaient au rendez-vous. Et vous savez, la Lituanie est un petit pays et nous n'avons pas le luxe d'avoir un marché interne important. Cela signifie que nos entreprises, dès leur toute première phase de développement, doivent connaître leur concurrence nationale et surtout internationale. Le marché lituanien est si petit que si vous voulez prospérer, en particulier dans le secteur technologique, vous ne pouvez pas simplement vous développer sur notre marché domestique. Il faut penser à l'expansion internationale dès le début. Et cela rend nos entreprises très flexibles, je dirais même très dynamiques et volontaires.

A.-P. : La Lituanie est aujourd'hui l'un des leaders européens du secteur numérique. A quoi s'est dû ? Comment soutenez-vous ce domaine en plein essor ?

D. K. : Notre succès dans le secteur numérique est dû à des facteurs variés. Une des raisons est que nous avons essentiellement une très bonne infrastructure. Nous sommes parmi les premiers pays au monde pour la vitesse du Wi-Fi public. Nous sommes donc habitués à avoir accès un très bon Internet, ce qui n'est pas le cas ailleurs.

Une autre raison est que nous avons su développer une forte communauté dans le numérique, particulièrement en IT, sûrement parce que ce genre d'industrie ne nécessite pas beaucoup des ressources « dures », comme le territoire. Vous n'avez pas besoin de beaucoup de terrain ni d'investissements importants dans certains actifs matériels. Vous avez juste besoin des cerveaux de personnes intelligentes ! D'ailleurs une des autres raisons est que nous avons un très bon système éducatif qui produit beaucoup de talents.

Nous menons aussi des campagnes de promotion des exportations, et l'IT est l'un de nos secteurs prioritaires. Nous venons de développer une stratégie pour la croissance de ce secteur, avec des campagnes de promotions, beaucoup de networking pour aider les entrepreneurs à nouer des partenariats, notamment avec des rencontres B2B, nous facilitons aussi l'accès à une base de données publique des appels d'offres internationaux et nous fournissons du conseil en la matière.

Enfin, nous travaillons actuellement sur deux projets très intéressants qui sont très étroitement liés à la digitalisation. D'une part, un laboratoire du commerce électronique géré par Enterprise Lithuania pour accompagner les entreprises qui veulent se lancer dans l'e-commerce, notamment pour sauver leur business de la crise sanitaire, qui a ouvert le 16 mars dernier et compte déjà 1200 entreprises accompagnées totalement gratuitement par une centaine de professionnels du secteur. D'autre part, nous avons créé une marketplace lituanienne, aussi ouverte lors de la quarantaine, pour aider les petites entreprises et qui fonctionne très bien.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer