Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

« Les crises sont toujours des phases d'opportunités »

le - - Actualité - Région Île-de-France & Grand Paris

« Les crises sont toujours des phases d'opportunités »
© DR

Pour l'économiste Marc Touati, « les crises sont toujours des phases d'opportunités ». Dans son dernier ouvrage, intitulé “Un monde de bulles”, il décrypte les bulles qui menacent l'économie mondiale et les pièges à déjouer pour ne pas les subir.

Marc Touati, de quelles bulles parlez-vous dans votre dernier livre ?

Il y a aujourd'hui des bulles un peu partout, que ce soit sur le marché boursier, sur le marché obligataire, sur le marché immobilier, sur les cryptomonnaies, etc. Elles font partie de la vie du système économique, dans lequel il y a des crises et des bulles… Simplement, il faut savoir les identifier pour éviter de se faire avoir.

D'où l'idée de ce livre, pour clarifier cette situation qui paraît compliquée en rappelant des notions de base, dont celle-ci : plus le rendement augmente, plus le risque augmente. Si on veut un rendement élevé, il faut prendre des risques et si on ne veut pas prendre de risques, il faut se contenter de rendements faibles. C'est la règle de base de l'économie, de la finance, voire de la vie au quotidien. Si on raisonne ainsi, on n'aura pas trop de mauvaises surprises. Le vrai enjeu, avec des marchés très volatiles, c'est de garder le bon sens.

Les bulles sont-elles évitables ?

De tous temps, elles ont fait partie du système. Au xviie siècle, le bulbe de la tulipe la plus rare valait l'équivalent d'un hôtel particulier à Amsterdam !

Quand les bulles se forment, il y a un effet de mode, c'est formidable, mais il ne faut pas tomber dans le piège. Sur les cryptomonnaies par exemple, c'est encore plus fort puisque, dans le nom même de la bulle, on trouve l'arnaque  : c'est une monnaie virtuelle. On vous dit que c'est virtuel mais tout le monde en veut quand même ! D'où l'intérêt de développer notre culture économique pour ne pas jouer aux apprentis sorciers et prendre des risques démesurés.

Les cryptomonnaies et la blockchain sont-elles des bulles particulièrement dangereuses ?

La blockchain a de l'avenir mais il faut que les cryptomonnaies soient réglementées. Déjà que l'on n'y voit pas très clair avec certaines monnaies réglementées par la Banque centrale alors imaginez une monnaie réglementée par personne : c'est un trou noir. Lorsque le bitcoin est monté à 20 000 dollars, les gens me demandaient s'il fallait en acheter ou pas. C'est assez incroyable.

Autre exemple, dans mon livre j'identifie 250 Licornes dans le monde. Ce sont des entreprises dans le numérique qui sont valorisées un milliard de dollars chacune, mais qui n'ont jamais gagné un centime. Il y en a peut être une, deux, dix, voire cinquante qui vont gagner quelque chose mais les trois quarts d'entre elles vont partir en fumée. C'est donc là que les clients et les entreprises doivent être accompagnés par leurs conseils. On ne peut pas éviter les bulles, mais on peut les voir se former et ne pas tomber dedans.

On n'a pas retenu les leçons de 2008 ?

En 2008, tout le monde pensait que la crise serait pire que celle de 1929 et je faisais partie des optimistes qui pensaient que l'économie allait redémarrer. On a pu relancer la machine, on a baissé les taux d'intérêts, on a fait une relance budgétaire énorme au niveau mondial qui a atteint 5 000 milliards de dollars, on a fait tourner les planches à billets et cela a fonctionné. Le seul problème c'est que ça n'a pas assez fonctionné en France et en Europe, puisque ces injections de liquidités n'ont pas réussi à générer une croissance forte. Et ce, parce que nous manquions de confiance et que nos rouages économiques étaient un peu trop rigides — Ils le sont toujours d'ailleurs. Ces injections de liquidités ont alimenté les bulles boursières et obligataires et ne sont pas suffisamment allées dans la croissance et dans l'emploi.

On a tiré les leçons des erreurs de 2008 mais pas suffisamment. Les banques françaises sont beaucoup plus saines qu'en 2008, mais le problème réside plus généralement sur l'économie.

Pourquoi l'Europe et la France semblent-elles à la traîne d'une économie qui a repris un peu partout ?

Notre grand problème c'est qu'on ne sait plus faire de la croissance forte : on a trop de pression fiscale, trop de rigidité, trop de dépense publique inefficace. Il faut de la dépense publique mais en France on est à 57 % du PIB, c'est trop élevé. Il faut optimiser tout ça car, tant qu'on ne l'aura pas fait, on pourra faire toutes les injections de liquidités qu'on veut, ça ne générera pas de croissance forte. Or, sans croissance forte, on n'a pas de création d'emplois.

Le plus important aujourd'hui, c'est de retrouver la croissance. Il faut donc notamment réduire la pression fiscale. Aux Etats-Unis, ce qui est assez incroyable, c'est qu'on est en train de vivre le cycle le plus long de l'histoire. Au moment où le cycle a commencé à décliner, Trump a baissé fortement les impôts et ça a redémarré. On a eu la même chose en Irlande et en Allemagne. Si on ne baisse pas les impôts pour tous — entreprises et ménages - notre économie ne peut pas redémarrer, elle est freinée mécaniquement. C'est là qu'est notre grande difficulté en France. Mais je reste optimiste : on y arrivera.

L'allègement de la pression fiscale serait le seul levier de croissance qui manque à la France ?

C'est le levier essentiel. C'est une condition sine qua non. La France est numéro deux mondial, juste derrière le Danemark, en termes de prélèvement fiscal par rapport au PIB. Au vu de la situation actuelle, c'est le seul moyen de relancer la machine, en termes de pouvoir d'achat et de confiance.

Le problème c'est que pour baisser les impôts, il faut aussi baisser la dépense publique… C'est une mesure d'urgence mais on n'a pas le courage de la prendre. Nous avons les moyens de nous en sortir. Il faut de la volonté et saisir des opportunités.

Quelles opportunités par exemple ?

Une entreprise française à l'heure actuelle doit développer des stratégies anti-crise. J'en identifie quatre en particulier : développer des stratégies de niche sur des produits et services qu'on est les seuls à faire, communiquer sur son savoir-faire, développer l'innovation à tous les niveaux et créer un développement à l'international.

Si l'on suit ces quatre stratégies, on peut dépasser n'importe quelle crise. Idem au niveau de l'investissement : il faut savoir rester prudent, que ce soit sur l'immobilier ou sur les marchés boursiers.

Est-on aujourd'hui suffisamment armé en cas de nouvelle crise ?

Si demain on a une vraie crise, comment va-t-on faire pour relancer la machine ? Les taux d'intérêts sont déjà à zéro, on a une dette publique énorme, et on a relancé la planche à billets. Il y a donc peu de pays qui pourront s'en sortir facilement : l'Allemagne qui a un excédent public, les Etats-Unis qui ont remonté les taux d'intérêts et qui pourront les baisser si besoin, et la Chine qui a 3 000 milliards de dollars de réserve de change.

Dans l'Histoire contemporaine il y a une crise tous les 10 ou 15 ans environ. Généralement, entre deux crises, on a le temps de se préparer pour relancer la machine lors de la crise suivante. La difficulté que nous avons aujourd'hui, c'est que nous n'avons pas eu le temps de retrouver une croissance forte, d'avoir un plein emploi et de reconstituer des marges de manœuvre de politique économique. Normalement, quand on a eu de la croissance, on réalise un excédent public qui permet de relancer la machine. Or, le dernier excédent public de la France remonte à 1974 .

Le pouvoir d'achat est au cœur de l'actualité, le Gouvernement annonce des mesures ambitieuses mais les Français semblent ne pas partager ce sentiment…

Certaines mesures comme la Loi Pacte vont dans le bon sens mais augmenter encore les taxes, même sur les carburants pour des raisons écologiques, c'est embêtant. D'ailleurs, pour moi, la vraie écologie serait de développer des solutions alternatives. Ma théorie est simple : il faut baisser les impôts. Or, le Français moyen paie plus d'impôts qu'il y a un an et c'est ça qui cloche.

Toutefois, je reste résolument optimiste et j'insiste pour dire que les crises sont toujours des phases d'opportunités. Il faut être à la fois optimiste et réaliste. Celui qui baisse les bras est sûr de perdre alors que celui qui ose regarder vers l'avenir a au moins une chance de gagner.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer