Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'information juridique

Publication par l'Élysée de la charte de transparence sur le rôle de Brigitte Macron

le - - Droit - Actualité du droit

Publication par l'Élysée de la charte de transparence sur le rôle de Brigitte Macron

L'épouse d'Emmanuel Macron devient la première conjointe de chef d'État à avoir un rôle clairement défini.

«Le conjoint du président de la République exerce, en vertu tant de la tradition républicaine que de la pratique diplomatique, un rôle de représentation, de patronage et d'accompagnement du chef de l'État dans ses missions. » Voilà ce qu'il est possible de lire dans la Charte de transparence relative au statut de conjoint de chef d'État, publiée récemment sur le site web de l'Élysée.

C'est une première dans l'Histoire de la Ve République : jusqu'alors, jamais le statut de conjoint de chef d'État n'avait fait l'objet de « consécration ». Toutes les épouses de présidents ont pourtant joué un rôle informel, officieux, en collaboration avec leur mari, d'Yvonne de Gaulle à Valérie Trierweiler. Et ce n'est pas qu'une première nationale : la France devient le seul pays du monde à avoir défini ce rôle.

Emmanuel Macron a donc annoncé qu'il souhaitait mettre fin à « l'hypocrisie actuelle », dans un souci de transparence qui s'inscrit dans la lignée du projet de loi par ordonnances de moralisation de la vie publique. Le résultat est cette charte, ni loi ni décret, sans valeur juridique. Le président a donc reculé par rapport à son souhait initial de modifier la Constitution pour y inclure ce rôle (en avril dernier). La charte se veut transparente sur le rôle de la « première dame » et sur les moyens alloués pour mener à bien ses missions.

Une particularité à retenir, cette charte ne s'applique qu'à Brigitte Macron, l'épouse de l'actuel président de la République, durant la durée du mandat de son époux. Elle est même nommément désignée dans la charte. Celle-ci n'aura donc pas d'effet pour les futurs conjoints de présidents.

Des missions classiques de conjoint de chef d'État

Bien que la charte soit exclusivement applicable à Brigitte Macron, les missions qui lui sont confiées sont celles qu'ont toujours exercées les épouses de présidents. On trouve dans la charte qu'elle est tenue « d'assurer la représentation de la France, lors des sommets et réunions internationales, aux côtés du chef de l'État ». La charte précise que la conjointe est toujours officiellement et nommément invité par les organisateurs.

Elle sera également tenue « de répondre aux sollicitations reçues par courrier ou par téléphone des personnes souhaitant la rencontrer ». Autre précision de la charte : Brigitte Macron recevrait chaque jour plus d'une centaine de courriers ainsi que de nombreux appels téléphoniques, qui lui sont directement adressés.

Une façon peut-être de démontrer qu'elle n'est pas « que » l'épouse mais qu'elle tient déjà son propre rôle.

Enfin, l'épouse du plus jeune président français sera chargée « de soutenir par son parrainage, des manifestations à caractère caritatif, culturel ou social, ou de superviser les réceptions au Palais [de l'Élysée] » et cela « dans la lignée des priorités fixées par le président de la République pour son quinquennat ».

Pas de moyens financiers alloués

Un point qui avait fait grincer des dents dans l'opposition et dans l'opinion publique : l'idée que Brigitte Macron dispose d'une rémunération ou d'un budget alloué pour l'exercice de ces missions. Une pétition en juillet avait même vu le jour, regroupant 316 000 signatures « contre le statut de Première dame ».

Selon la charte, celle-ci ne devrait vraisemblablement pas percevoir de rémunération, ni de budget spécifique en contrepartie de ces activités. Pour se financer, elle partagera le budget présidentiel avec son époux. Ce budget est présent dans la comptabilité analytique de la présidence, et est soumis à la Cour des comptes. Elle disposera toutefois de deux conseillers du président de la République, « spécifiquement mis à sa disposition : un conseiller spécial qui assure la fonction de directeur du cabinet et un conseiller qui exerce la fonction de chef de cabinet ». Elle aura également un secrétariat à sa disposition.

Un rôle « en toute transparence »

Brigitte Macron a récemment confié dans un entretien à l'hebdomadaire Elle qu'elle voulait « assumer son rôle public en toute transparence ». Son époux avait également déclaré lors de sa campagne qu'elle aurait « un rôle, elle ne sera pas cachée, parce qu'elle partage ma vie, que son avis est important ». En ce sens, la charte est publiée sur le site web de l'Élysée. Elle se termine en indiquant que la « première dame » publiera un « bilan régulier de ses actions » et qu'à la fin de chaque mois, « un récapitulatif de son agenda sera rendu public ».




Marion MORET
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'annonces légales et d'information juridique

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide