Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'information juridique

Les entreprises franciliennes plébiscitent l'apprentissage

le - - Actualité - Informations générales

Les entreprises franciliennes plébiscitent l'apprentissage

Une récente enquête menée par la CCI Paris Île-de-France montre que les entreprises attachent beaucoup d'importance à l'apprentissage dans la formation de leurs futurs salariés et souhaitent financer en priorité les écoles dans lesquelles elles recrutent leurs apprentis ou qui forment leurs futurs salariés.

À l'heure de la concertation sur la réforme de l'apprentissage, la CCI Paris Île-de-France a souhaité recueillir l'opinion des chefs d'entreprises franciliens de tous secteurs d'activité et de toutes tailles.

Un dispositif plébiscité pour former les futurs salariés

L'apprentissage est une voie de formation reconnue par les entreprises franciliennes : 88 % d'entre elles pensent former des apprentis dans les trois prochaines années. Cet intérêt se fait davantage ressentir dans les entreprises de plus de 250 salariés (94 %) que dans les plus petites de 3 à 9 salariés (37 %). Les structures de petite taille sont en effet pénalisées par le manque de personnel pour encadrer les apprentis. Ainsi, ce frein est-il évoqué par 30 % des entreprises de 3 à 9 salariés et 34 % de 10 à 49 salariés.

Pour une large majorité des entreprises (59 %), employer des apprentis, c'est former leurs futurs salariés. C'est notamment le cas dans les cafés, hôtels et restaurants (72 %).

Un lien souhaité et maintenu avec les écoles

Pour fidéliser leur relation avec les écoles, 66 % des entreprises versent leur taxe d'apprentissage à un organisme collecteur en désignant un ou des établissements de formation bénéficiaires. 90 % choisissent des établissements où sont formés leurs apprentis et 50 % ciblent des établissements de formation au sein desquels elles recrutent leurs salariés.

Enfin, il ressort de cette enquête que près de trois quarts des entreprises, quel que soit leur secteur d'activité, sont attachées à la libre affectation de la taxe d'apprentissage. Elles souhaitent que cette possibilité demeure car elles désirent continuer de verser leur taxe aux écoles dans lesquelles se trouvent leurs apprentis (83 %), à celles qui forment les jeunes dans leur propre secteur d'activité (79 %) et à celles qui constituent un vivier de recrutement (62 %).

* Enquête menée par l'Observatoire de la formation, de l'emploi et des métiers (Ofem) et le Crocis de la CCI Paris Île-de-France avec Médiamétrie auprès de 513 entreprises. L'enquête a été réalisée du 27 novembre au 8 décembre 2017.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'annonces légales et d'information juridique

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide