Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'information juridique

Michel Delpuech, nouveau préfet d'Île-de-France

le - - Actualité

Michel Delpuech, nouveau préfet d'Île-de-France
© préfecture Paris IDF - Au centre Michel Delpuech entouré de membres de la préfecture.

À l'hôtel Noirmoutier, résidence du préfet de Paris, Michel Delpuech est apparu en administrateur ouvert et disponible, plaçant son exercice sous le signe de « la rigueur et de la transparence ».

D'un tempérament calme et raisonné, Michel Delpuech illustre à la perfection le parcours d'administrateur de l'État. Originaire du Cantal, licencié de l'université de Clermont-Ferrand puis de Science Po Paris, Michel Delpuech rejoint les bancs de l'ENA en 1978, intégrant ainsi la célèbre promotion Voltaire, dont est également issu François Hollande. À partir de 1980, commence sa longue carrière préfectorale à travers toute la France, en Auvergne, en Corse, à Cognac, dans le Morbihan, en Picardie ou encore en Aquitaine. Succédant à Jean-François Carenco, Michel Delpuech officie donc comme nouveau préfet de la région Île-de-France depuis le 27 février. Auparavant secrétaire général pour l'administration de la police de Paris, entre 1996 et 1999, puis préfet des Hauts-de-Seine entre 2003 et 2006, le nouveau préfet n'est cependant pas inconnu de la région francilienne.

La nécessité de créer une « métropole puissante »

Fort d'une longue expérience préfectorale, Michel Delpuech devra s'emparer de brûlants dossiers en cette période de transition économique et d'incertitudes politiques. L'évolution du Grand Paris attire toute l'attention des acteurs régionaux, notamment vis-à-vis d'un agenda encore très flou pour la plupart d'entre eux. Le nouveau préfet veut inscrire son action économique sur le long terme, travaillant pour « l'Île-de-France de 2025 à 2030 ». À défaut de révélations majeures, la nécessité de créer une « métropole puissante » a plusieurs fois été martelée par la nouvelle équipe préfectorale, insistant particulièrement sur les politiques de transport et de logement, un domaine « cardinal » pour Michel Delpuech. Se félicitant des bons résultats immobiliers de l'année dernière, ce dernier souhaite favoriser une « diversification de l'offre », afin d'apporter une réponse efficace contre la formation de ghettos. L'autre enjeu économique demeure l'avenir du quartier d'affaires de La Défense, la préfecture ayant été auparavant assez laconique sur le sujet. « Les prochaines annonces devraient tomber avant l'élection présidentielle », nous assure le préfet, mais il paraît déjà clair que le quartier d'affaires occupera une large place dans les mutations économiques franciliennes à venir, notamment sous l'effet d'un Brexit qui placerait Londres sur la touche.

L'homme de « rigueur »

En parallèle des perspectives économiques, se posent de nouveaux enjeux sécuritaires pour la métropole. La situation des migrants arrive en tête de liste des priorités du préfet, qui refuse de voir s'enliser un problème « avant tout humain ». Prônant l'application « ferme » de la règle de droit, Michel Delpuech se veut lucide sur la question. Insistant sur une augmentation nécessaire des capacités d'accueil (limitées à 9 000 places sur Paris), le préfet ne cache pas sa volonté d'appliquer plus largement le protocole de Dublin, énonçant le raccompagnement des migrants vers le pays d'entrée. Conscient de l'enjeu social et politique, Michel Delpuech souhaite des réponses « à l'échelle du pays », les préfectures régionales ne pouvant assurer qu'un maintien de la situation sociale, sans grandes marges de manœuvre.

Héritier de « l'école républicaine », Michel Delpuech rassure ses interlocuteurs par un caractère calme et une parole posée. Pesant chacun de ses mots, le nouveau préfet aime à rappeler qu'il est un homme de « rigueur », n'acceptant pas les approximations de la part de ses collaborateurs. Rodé au travail préfectoral, l'administrateur demeure parfaitement conscient de l'étendue de ses prérogatives et se définit comme l'aiguilleur de l'application de la politique nationale à l'échelle régionale, définissant des directives claires et inflexibles, tout en laissant agir une certaine collégialité pour parvenir à la meilleure application locale : « je veux apporter une vision positive et non plus punitive de la fonction de préfet ».



Du même sujet


Affiches Parisiennes

Journal d’annonces légales et d’information juridique

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Abonnement Affiches Parisiennes› Abonnez-vous ‹

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide