Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'information juridique

L'immobilier francilien parmi les plus chers d'Europe

le - - Immobilier - Marché

L'immobilier francilien parmi les plus chers d'Europe
AP

Selon une étude du Crocis, le Centre régional d'observation du commerce, de l'industrie et des services, le marché francilien compte plus de 5,5 millions de logements, soit 16,6 % du total en France métropolitaine, ce qui témoigne de l'importance du secteur de l'immobilier résidentiel dans la région.

Comme le souligne l'observatoire de la CCI Paris –  Île-de-France, « si ces 30 dernières années, le marché immobilier francilien a subi des difficultés, il a globalement été très nettement orienté à la hausse. Au plus bas après le krach immobilier du début des années 1990, les prix des logements (appartements et maisons) anciens franciliens ont augmenté de 171,4 % entre le troisième trimestre 1997 et le premier trimestre 2016. Cette augmentation a été plus conséquente qu'en province où, sur la même période, les prix ont augmenté de 132,1 % ».

Les évolutions de prix restent très hétérogènes d'un département à l'autre. Sur 20 ans, l'augmentation atteint ainsi 226,4 % à Paris, alors qu'elle a été deux fois moindre dans l'Essonne et en Seine-et-Marne (respectivement + 110,8 % et + 110,9 %).

En conséquence de ces évolutions plus rapides à Paris que dans les départements des petite et grande couronnes, les écarts de prix au mètre carré sont de plus en plus importants. Comme le précise l'étude du Crocis, « les prix en Seine-et-Marne, en Essonne et dans le Val-d'Oise sont 3,2 fois inférieurs au prix de Paris du premier trimestre 2016 ».

Permis de construire

Le nombre de logements autorisés à construire dans la région s'est élevé à plus de 70 300 en 2015. Néanmoins, il ne s'agit que de logements dont le permis de construire a été délivré. Or, selon l'observatoire de la CCI Paris –  Île-de-France, « l'objectif est de 70 000 logements construits chaque année dans la région en 20 ans. En l'occurrence, entre 2010 et 2014, le nombre de logements mis en chantier est resté cantonné entre 40 000 et 50 000 ».

Pour atteindre cet objectif dans les années qui viennent, les autorités régionales comptent sur l'émancipation du Grand Paris Express. Selon le Crocis, « les villes qui bénéficieront de nouvelles gares devraient voir leur marché immobilier se transformer ».

Des prix élevés

Toujours selon le Crocis, le marché immobilier francilien est parmi les plus chers d'Europe. Ainsi, à Barcelone, le mètre carré oscille aujourd'hui autour de 3 500 euros. À Berlin, les prix sont comparables à ceux de Madrid ; à Milan, le prix moyen demeure sous les 3 300 euros par mètre carré. À Londres, le prix du mètre carré dépasse 10 000 euros.

Le Brexit pourrait provoquer un ajustement de l'immobilier outre-Manche : « La baisse de la livre signifie également que les biens immobiliers dans l'hexagone coûtent aujourd'hui plus cher pour les Britanniques. » Certains départements ou régions (PACA, Normandie, Nouvelle-Aquitaine, etc.) pourraient ainsi voir la demande et les prix diminuer. En Île-de-France, un repli de la demande britannique aurait des conséquences limitées sur l'évolution des prix. Cependant, si certaines banques décidaient de réinstaller une partie de leurs effectifs dans le Grand Paris, ces derniers deviendraient des acquéreurs potentiels. Cette demande supplémentaire sur le marché immobilier francilien tirerait alors les prix vers le haut.



Du même sujet


Affiches Parisiennes

Journal d’annonces légales et d’information juridique

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Abonnement Affiches Parisiennes› Abonnez-vous ‹

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide