Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'information juridique

L'avènement des robots-avocats

le - - Droit

L'avènement des robots-avocats
© AP - Jaap Bosman, consultant américain auteur de Death of a Law Firm.

Les nouvelles solutions d'intelligence artificielle (IA) dédiées au droit tels que les célèbres robots-avocats ROSS, Peter ou Watson débarquent en Europe. Ces dernières font fureur outre-Atlantique.

Déjà 2 000 cabinets d'avocat de tailles différentes (entre 3 et 250 associés) sont équipés de Watson (technologie d'IBM) aux États-Unis. Plus d'une dizaine de grands cabinets américains ont déjà « recruté » ROSS.

Ce succès va certainement traverser l'Atlantique. C'est pourquoi la directrice des affaires publiques d'IBM France, Diane Dufoix-Garnier, et le vice-président des solutions cognitives, Jean-Philippe Desbiolles, ont été auditionnés le 8 mars dans le cadre du plan France I.A..

Quelques cabinets français se lancent déjà dans l'aventure. Le cabinet américain Latham & Watkins, implanté à Paris, est en phase de « test » avec ROSS, suivi par de plus petites structures.

Des chercheurs estiment le « point de bascule » de ces technologies à 2025. C'est-à-dire que dans seulement huit ans l'utilisation de l'IA sera monnaie courante dans le droit.

Auteur de Death of a Law Firm, le consultant américain Jaap Bosman prédit la fin du business model des cabinets d'avocats en soulevant la question épineuse de la standardisation du service juridique grâce à l'IA.

Des robots-avocats européens

L'entreprise française Yperlex annonce à son tour la naissance de LiZa, « une intelligence artificielle créée et supervisée par des avocats » qui « rend le droit financièrement et intellectuellement accessible à tous ».

Idem pour la start-up Softlaw, récompensée par l'Incubateur du barreau de Paris pour son progiciel de text mining juridique, qui « souhaite améliorer le quotidien des professionnels du droit grâce à l'IA ».

Le cabinet de niche Solegal spécialisé en droit des affaires et fiscalité a, quant à lui, signé un partenariat avec Predictice, start-up française spécialisée dans l'analyse de données et l'anticipation statistique des décisions de justice.

Jean-François Henrotte - « un cousin du Nord » qui a reçu le Prix de l'innovation 2016 du Conseil des barreaux européens - a créé un groupe de travail au barreau de Bruxelles pour élaborer « un avocat augmenté par l'IA et le Big data » avec un outil mutualisé qui puisse élever l'ensemble de l'avocature. Ce logiciel va apprendre au fur et à mesure en utilisant la technologie du deep learning avec les retours d'expérience des nombreux avocats utilisateurs.

« Au boulot les robots, la vie aux humains », s'est exclamé le prospectiviste Joël de Rosnay devant un parterre d'avocats enthousiastes lors du dernier congrès Eurojuris. Selon lui, les robots-avocats sont des « clones », des doubles qui les augmentent, des « assistants intellectuels proactifs ». Le souci est que ces clones numériques les concurrencent, donc leur font peur. Stephen Hawking, Elon Musk et Bill Gates ont alerté quant au danger que l'IA prenne le pas sur l'humain. Ils ont tort selon Joël de Rosnay car nous pouvons maîtriser ces technologies.




Anne MOREAUX
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'annonces légales et d'information juridique

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide