Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'information juridique

Immobilier : la “flexible révolution”

le - - Immobilier

Immobilier : la “flexible révolution”
© A.P. - Les espaces de travail alternatifs se développent à vitesse grand V dans les métropoles.

En moins de cinq ans, les grandes métropoles mondiales ont vu se développer une offre exponentielle d'espaces de bureaux "alternatifs". Avec près de 11 000 centres dans le monde et une croissance annuelle de 13 %[1], nous assistons, selon CBRE, à l'émergence d'un nouveau secteur d'activité en réponse à l'essor du nomadisme au travail.

Pour aider les investisseurs à comprendre ce phénomène, CBRE, leader mondial du conseil en immobilier d'entreprise, a réalisé en 2017 une série d'entretiens avec de grandes entreprises européennes afin d'analyser leurs nouveaux besoins de flexibilité et les impacts sur l'industrie immobilière.


© CBRE

Surfant sur cette demande croissante, de nouveaux acteurs sont apparus, développant de nouveaux formats. L'offre de bureaux alternatifs - disponibles sur une courte période - regroupe désormais cinq formats principaux, des plus traditionnels (offre de bureaux privatifs équipés) aux espaces hybrides (combinant coworking, incubateurs, accélérateurs) ou encore les bureaux transformés en espaces alternatifs au sein même de l'entreprise.

Focus sur les trois enseignements de cette “Révolution flexible”

  • Une révolution avant tout permise par les mutations technologiques

Pour 50 % des entreprises, la technologie constitue un facteur clé dans la stratégie de développement du travail flexible[2]. La généralisation des outils de mobilité a engendré l'explosion de la connectivité des personnes et de l'accessibilité aux données personnelles et professionnelles, permettant désormais à chacun de travailler où, quand et comme il le souhaite.

Le développement d'applications spécifiques sur le modèle des plateformes de réservation de l'hôtellerie a par ailleurs permis de faire émerger le besoin de lieux d'accueil d'une multiplicité d'acteurs dans différents secteurs d'activité.

Ces applications agrègent aujourd'hui une demande qui était auparavant atomisée et permettent au marché d'atteindre une taille suffisante pour susciter le développement d'une d'offre d'espaces de travail adaptée et diversifiée.

  • Une réponse alternative au marché immobilier classique

La forte croissance de l'offre de bureaux alternatifs enregistrée ces dernières années s'explique essentiellement par l'explosion des start-up, de l'auto-entreprenariat et des TPE, qui ont moins facilement accès aux marchés immobiliers traditionnels.

Le développement de cette offre a permis à ces utilisateurs, auparavant contraints de travailler à domicile ou dans des lieux extérieurs inadaptés, d'accéder à moindre coût à un niveau de services inédit et aux dimensions de convivialité et de réseau entrepreneurial.

  • Une variable d'ajustement pour les grands groupes

Bien que seulement 7 % des engagements locatifs des grands groupes relèvent de bureaux alternatifs, selon l'étude CBRE, l'accès à une offre d'espaces de travail flexibles est désormais considéré comme une véritable alternative.

Variable d'ajustement à la fluctuation des besoins en surfaces des grandes entreprises, les bureaux flexibles sont un vecteur de réduction des coûts et d'agilité dans la gestion des portefeuilles immobiliers, en particulier dans un contexte global d'allongement de la durée des engagements locatifs exigé par les investisseurs.

Ainsi 41 % des répondants au dernier CBRE Emea Occupier Survey[3] comptent avoir recours à ce type de solution dans les trois ans à venir.

L'esprit start-up se propage à toutes les entreprises qui adoptent progressivement leurs codes et comportements, en particulier compte-tenu de leurs enjeux d'attraction et de rétention des talents (à horizon 2020, les Millennials représenteront 50 % des actifs).

Toutefois, quelques éléments de l'offre sont encore à travailler afin de les convaincre pleinement. Comme l'explique Grégoire de La Ferté, Executive Director Bureaux Ile-de-France, « Les start-up et les petites structures sont avant tout sensibles à l'ambiance collaborative rencontrée dans les espaces de bureaux flexibles. En revanche, pour les grands groupes, la difficulté de projeter dans ces espaces les notions de marque et d'identité reste un frein, à la fois en interne mais aussi vis-à-vis des clients. La qualité offerte par les bureaux alternatifs apparaît en outre insuffisante par rapport aux standards de confort affichés par les grands groupes, notamment en termes de bruit, mais aussi de qualité du design. »

[1] Source : Instant Groupe, 2017
[2] Source : CBRE EMEA Occupier Survey 2017
[3] Enquête annuelle mondiale de CBRE auprès des entreprises utilisatrices d'immobilier tertiaire.




Anne MOREAUX
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'annonces légales et d'information juridique

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide